【Compte rendu】Japon : opportunités d’affaires et secteurs potentiels

【Compte rendu】Japon : opportunités d’affaires et secteurs potentiels

Monsieur Kataoka du JETRO nous gratifia d’une conférence sur les opportunités économiques au Japon dans le cadre de l’Université Jean-Moulin Lyon 3. Monsieur Kataoka insista particulièrement sur les mutations agitant la société japonaise depuis ces dernières années. Après une brève présentation de sa carrière au sein du ministère du commerce et de l’industrie, période durant laquelle il participa à la mise en œuvre de la politique énergétique du Japon, monsieur Kataoka nous présenta un état des lieux de l’économie japonaise. Selon lui l’économie japonaise s’est améliorée depuis cinq ans avec une croissance de 2,4 % malgré une déflation persistante, ainsi qu un chômage en baisse à 4 %. En outre les femmes sont rentrée massivement sur le marché du travail (majoritairement à temps partiel).

Monsieur Kataoka insista particulièrement sur les collaborations économiques régionales dans lesquelles le japon est actuellement engagé. Ces collaborations englobent douze pays (Canada, États-Unis, Mexique, Colombie, Pérou, Chili, Australie, Nouvelle-Zélande et pays de l’ASEAN,) L’annonce de la sortie unilatérale de la part des USA de sortir du TPP obligea le Japon a remettre à plat sa stratégie. Face à la montée de la tentation protectionniste dans le monde et afin de préserver les principes du libre-échange l’Europe s’est tournée vers le Japon. Ce qui eut pour effet de booster le marché nippon. C’est dans ce contexte que fut conclu l’accord entre l’UE et le Japon le 8 mars dernier. Il s’agit d’un nouvel accord de libre échange sur les mêmes bases du TPP.

Monsieur Kataoka signala aussi l’accord de partenariat économique entre l’UE et le Japon qui fut signé en décembre dernier. Cet accord permet, notamment, aux entreprises européennes d’accéder au marché japonais. Il contribue à renforcer le rôle du Japon et de l’UE dans la définition des règles du commerce international envoyant un signal fort en faveur de la coopération comme moyen pour résoudre les défis mondiaux en lieu et place du protectionnisme. (notamment par l’instauration d’un comité permanent regroupant les pays d’Europe et le Japon, et par la suppression à terme de tous les droits de douanes sur les produits industriels entre l’Europe et le Japon, etc.) Cet accord devrait entrer en application avant la fin de l’année 2018.
Monsieur Kataoka a évoqué ensuite les effets des réformes structurelles (abenomics) sur l’économie japonaise initiées depuis 2012. Même si celles-ci ont fait l’objet de nombreuses critiques, et que celles-ci doivent produire tous leurs effets à l’horizon 2020, les abenomics, selon monsieur Katoaka, ont néanmoins déjà produits quelques fruits. Parmi ces réformes structurelles monsieur Kataoka a évoqué la « révolution sociétale » qu’est le projet « société 5.0 ». L‘ambition est d’opérer une transformation profonde de la société japonaise en donnant toute sa place à l’intelligence artificielle qu’il s’agisse du « diagnostic assisté par intelligence artificielle » ou de l’installation de « voitures autonomes » sans pilote susceptibles de réduire les risques d’accident et d’accroître la mobilité des personnes âgées ou handicapées. Ces projets sont souvent développés en complémentarité avec des entreprises françaises. Il s’agit de transformer non seulement la manière d’envisager l’industrie, mais aussi la vie quotidienne des japonais. Les voitures autonomes devront être mises en service à l’horizon 2020 à l’occasion des prochains JO qui se tiendront à Tokyo. Il s’agit aussi de développer la robotique (robots accueillant les touristes aux aéroports pour les JO). L’objectif principal du gouvernement japonais actuel est de maintenir la compétitivité du secteur manufacturier de l’archipel en y intégrant les avancées scientifiques concernant l’intelligence artificielle dans les technologies de pointe de cette industrie.
Un des objectifs du gouvernement japonais est aussi de développer la médecine régénératrice. Le gouvernement de monsieur Abe se propose d’une part de raccourcir le délais entre essais cliniques et commercialisation des technologies liées à la thérapie cellulaire, et d’autre part de déréglementer la sous-traitance de la culture cellulaire et du traitement des cellules. Ces réformes ont pour objectif de faire du Japon un pays particulièrement attractif en matière de R et D.

(Rédigé par Samuel Marie)

Rapportsカテゴリの最新記事